Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 11:31

Nous avons tous entendu la phrase "comme un canari dans une mine de charbon", sans savoir exactement ce qu'elle représentait.

L'expression "un canari dans une mine de charbon" fait référence à une ancienne pratique de mineurs qui apportaient des canaris dans les mines de charbon.

Lorsque les canaris arrêtaient de chanter, cela signifiait qu'ils avaient détecté une fuite de gaz et qu'il fallait évacuer sur le champ, avant qu'une explosion ne se produise.

Nous pouvons utiliser cette métaphore pour toute surveillance à des atteintes à la démocratie. Le rôle de sentinelle du canari peut s'étendre à toute forme d'information.

 

Quand certains veulent que les lieux d'informations, de débat et de rassemblement ferment, le canari arrête de chanter et il est temps de se révolter

 

Le canari pourrai être le symbole de la liberté d'expression, du droit d'écrire, de parler et surtout de penser dans le monde d'aujourd'hui.Un contre-pouvoir face au pouvoir.

 

Dans chaque commune, dans chaque département, dans chaque région, un canari devrait exister pour rappeler aux personnes détentrice de l'autorité qu'elles ne peuvent pas tout se permettre.

Comme le fou du Roi l'était du temps de la royauté.   link

 


Toute ressemblance avec une situation connue ne pourrait qu'être fortuite.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 19:11

Au moment ou s'ouvre les négociations sur l'avenir du régime des retraites entre les partenaires sociaux et le gouvernement, voici un site d'information à découvrir de toute urgence.

 

link

 

Il est également dans la catégorie "Liens" sous le titre "retraites".

 

Bonne lecture.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 15:53

Dans un article précédent, nous écrivions que l'équipe majoritaire d'aujourd'hui, ne faisait que reprendre les projets de l'ancienne équipe.


 Nous apportons la preuve : dans le bulletin municipal N° 59 de septembre/octobre 2007, page 2 ( toutes ces précisions ont pour but d'éviter que  certains nous accusent de mentir et pour ceux qui ont gardé les anciens numéros ), il est indiqué "la lettre d'un riverain de la rue du Stade à propos de la sécurisation des accotements. Dans l'attente d'un aménagement urbain d'ensemble, une signalisation horizontale appropriée va être appliquée".


Rien ne change, rien ne progresse, rien n'avance à Mésanger, tout se reprend, surtout les dossiers en attente depuis plusieurs années.


Combien en restent-ils dans les armoires ?


 Reprenez vos anciens bulletins municipaux, relisez-les et vous trouverez les prochains "projets" du maire.


A ce jour, dans le plan pluriannuel présenté lors du débat d'orientation budgétaire, il n'y a rien de nouveau.


Que l'on nous apporte un démenti avec des arguments par une rumeur propagée.


Bientôt nous ferons le point sur nos écrits, car nous écrivons donc nous certifions, par rapport à ce qui se passe sur la commune.


A bientôt.

Partager cet article
Repost0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 17:46
"nous pouvons paraître grands dans un emploi au-dessous de notre mérite, mais nous paraissons souvent petits dans un emploi plus grand que nous"

(citation de François, duc de la Rochefoucauld)

N.B. : toute ressemblance avec quelque "personnalité " locale  que ce soit ne saurait qu'être fortuite ou relever d'une interprétation malveillante
Partager cet article
Repost0
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 17:44
"donnez un peu de pouvoir aux médiocres, les médiocres joueront les tout-puissants et le pouvoir s'avachira"
                                                                                extrait du "journal de bord des noyés"


N.B. : toute ressemblance avec quelque "personnalité " locale  que ce soit ne saurait qu'être fortuite ou relever d'une interprétation malveillante
Partager cet article
Repost0
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 01:52
Le budget communal expliqué aux novices


Comment gère-t-on une commune ? Qu’est-ce qu’un budget primitif ? A quoi sert un compte administratif ? Les éluEs sont-ils forméEs à la compréhension de ce qui, à l’échelon local, constitue ce que l’on pourrait nommer le nerf de la paix ?

 

Les éluEs sont censés mettre en commun leur savoir pour œuvrer au bénéfice de la collectivité, développer celle-ci, la représenter dans diverses instances telles que la communauté de communes, le syndicat des eaux, le syndicat des ordures ménagères, … et aussi être à l’écoute de la population, répondre à ses attentes, et gérer le budget de la commune.

Les impôts locaux (taxe d’habitation, taxe foncière bâtie, taxe foncière non bâtie et taxe professionnelle), cette dernière étant perçue par la COMPA, puis redistribué aux communes, financent une grande partie des charges de fonctionnement (aussi appelées charges d’exploitation) de la commune et souvent une partie des charges d’investissement (au moins le remboursement des emprunts).

Ils constituent l’une des principales ressources financières d’une commune.

Les éluEs devront  déterminer leur « politique » fiscale …

Les conseillerEs devront alors maintenir ou, s’ils veulent pouvoir concrétiser toutes leurs promesses électorales, revoir à la hausse les taux des 3 ou 4 taxes … c’est presque toujours ainsi que cela se passe au début de chaque mandat !

Il est très rare de constater une baisse des taux communaux.
Cela pourrait avoir lieu en l’absence de projets ou si des nouvelles recettes inespérées s’annonçaient …

 

Il faut que les conseillerEs aient le temps de s’initier aux documents budgétaires : une formation de base est indispensable si ceux-ci ne veulent pas devenir des béniouiouis – comme l’ont été un grand nombre d’élus avant eux !

Comment comprendre un budget quand on est novice et que dans sa commune, le maire n’organise pas de « réflexion sur les enjeux financiers de la commune »

La loi impose à toutes les communes d’être dotées d’un budget primitif ; c’est un budget prévisionnel. Y figurent toutes les dépenses et toutes les recettes de l’exercice comptable (année civile). Les recettes doivent être égales aux dépenses projetées : on parle d’un « budget équilibré ».

Ce budget, une fois voté, peut être modifié tout au long de l’année par des décisions modificatives appelées DM.

Lorsque l’exercice comptable est clos, (31 décembre), il est nécessaire d’établir « le compte administratif », document comptable qui doit impérativement être adopté avant le 31 mai de l’année suivante.

Si le vote du compte administratif intervient après le vote du budget primitif, il devient particulièrement difficile aux éluEs souvent novices en comptabilité publique, de se remettre en mémoire les données de l’exercice précédent, notamment pour les gros travaux qui s’échelonnent sur plusieurs exercices comptables, et pour lesquels des enveloppes complémentaires ont dû être ajoutées au fil des ans.

Beaucoup de maires, sur les conseils des trésoriers, ont compris l’opportunité de présenter à leurs conseils municipaux les comptes administratifs dans les délais nécessaires à la vérification des comptes et souvent dès le mois de février.


Dans les communes, les éluEs disposent d’un pointage précis des comptes arrêtés au 31 décembre et c’est en toute transparence qu’ils peuvent discuter des programmes en cours, des « rallonges » à inscrire et des aides attendues (subventions et participations encaissées ou confirmées … ).
Les résultats du compte administratif sont d’office repris dans le budget primitif. Les communes de plus de 3 500 habitants pratiquent  « le débat d’orientation budgétaire ».

Notes

[1] le Budget supplémentaire est une décision modificative du budget primitif. Il devient dans ce cas obligatoire pour inscrire les résultats du compte administratif dans la comptabilité de l’exercice suivant (puisque les résultats n’ont pas été pris en compte au budget primitif).

Partager cet article
Repost0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 15:02
De Socrate à nos jours, la ploutocratie toujours…

Ploutopia - 13/03/10

La ploutocratie est un système politique dans lequel le pouvoir est exercé par les plus riches. Une telle forme de gouvernement aux mains de la classe sociale des plus fortunés ne peut que conduire à de fortes inégalités...

Ce qui se passe en Grèce aujourd’hui est symptomatique d’un système monétaire pour lequel les Etats n’ont plus droit au chapitre. Bloqués par une dynamique budgétaire asphyxiante, les Etats se voient contraints de pactiser avec les magouilleurs en col blanc. Le manque structurel de capitaux et les règles d’intégration Européenne ont obligé les Grecs à falsifier leurs comptes sous l’aiguillon intéressé de Wall Street et de politiciens véreux (1).

Pour unifier l’Europe sous la bannière d’une devise unique, on avait créé l’euro avec un péché originel : certains pays – notamment l’Italie et la Grèce – étaient entrés dans la zone euro avec des déficits supérieurs à ceux qu’autorise le traité qui avait créé la devise. Au lieu d’augmenter les impôts ou de réduire leurs dépenses, ces pays ont réduit artificiellement leurs déficits en recourant à des produits dérivés. (1)

 

Dans le monde de la finance et de la ploutocratie axé sur la gagne, tout n’est plus qu’une question de jeu comptable. On fait passer des recettes pour des dépenses, des crédits pour des débits, des emprunts pour des prêts, etc. Al Capone ne « valait rien » sans son comptable. C’est toujours le cas de nos jours sauf que la contrebande et la comptabilité se sont développées de manière exponentielle dans tous les sens du terme : taille, étendue, diversité et complexité. Subprimes, titrisation, société écran, comptes offshore, trafic en tout genre (bois, animaux, enfants, organes, drogue, arme) et ce, sur l’ensemble du globe et impliquant des milliers d’intermédiaires, ne sont que quelques exemples de l’ingéniosité de l’homme dans sa quête d’infini mal placé.

 

Dès 2000 les Ministres européens des finances ont débattu avec âpreté pour savoir s’il fallait ou non rendre publique l’utilisation des produits dérivés par la comptabilité créative (en clair, l’art de trafiquer les comptes en toute légalité - ndlr). La réponse a été négative (1).

 

Par ministres des finances entendez : Lagarde, Reynders ou Steinbrück que nos médias financiers s’acharnent à encenser régulièrement (2).

 

«Les politiciens voudraient faire avancer les choses et dès qu’une banque leur donne les moyens de repousser un problème à plus tard, ils tombent dans le panneau», a déclaré Gikas A. Hardouvelis, économiste et ex-fonctionnaire du gouvernement, qui a contribué à la rédaction du dernier rapport sur les pratiques comptables grecques (1).

 

Autrement dit, nos Ministres (Lagarde, Reynders, Steinbrück, etc.) et Politiciens (Barroso, Trichet, Van Rompuy) sont de mèche ! Et ils se permettent aujourd’hui de critiquer la Grèce pour sa « mauvaise gestion » ?

 

Ce qu’ils n’avoueront jamais, c'est que cette « mauvaise gestion » est la leur, la nôtre et celle d’un système corrompu jusqu’à la moelle. Cette « mauvaise gestion » fait partie intrinsèque du système.

 

Cette « mauvaise gestion » est devenue, à l’instar des paradis fiscaux (3), une réalité structurelle de système. Plus moyen de s’en passer sans que tout le château de carte ne s’écroule. C’est d’ailleurs la crainte de voir la Grèce claquer la porte aux créanciers (elle doit tout de même 300 milliards de dollars un peu partout dans le monde) qui pousse les Eurocrates à « l’aider ».

 

« Aider » en proposant un achat de terres(4) comme cela se fait déjà pour les pays du sud(5)!

« Aider » en mettant la Grèce sous tutelle du FMI et des rapaces de la finance(6)!

« Aider » en imposant une cure d’austérité draconienne à une population qui n’a rien demandé(7)! Cure d’austérité qui rassure évidement l’Europe et les marchés(8). Le peuple trinque et le capital souffle…

 

Alors, tant qu’à faire, autant que les Grecs rompent tout de suite avec l’euro plutôt que de se saigner à blanc dans la douleur sous le sourire cynique des vampires de la Haute Finance. Ils rejoindront alors les rangs de la Bolivie, du Nicaragua et du Venezuela qui ont eu le cran d’envoyer bouler le FMI et ses foutus plans d’ajustement structurels et programmes d’austérité(9). L’euro a toujours prétendu être la monnaie du peuple mais ne l’a jamais été. L’euro a été créé et conçu par et pour la ploutocratie, jamais pour la démocratie. Les statistiques monétaires européennes (indice des prix, taux bancaires, inflation, endettement) ont toujours été manipulées(10).

 

Le choix Grec se résume en effet précisément à ceci : le peuple ou l’euro ?(11)

 

Fascinant et pitoyable est le parallélisme entre les événements de la Grèce Actuelle et ceux de la Grèce Antique en moins 400 avant J.-C. sous Socrate, Platon et Aristophane le poète (12). A lire ces grands philosophes et poètes on ne peut que s’étonner de la force et de l’acuité de leurs analyses tout en s’attristant du contraire pour l’humanité qui piétine depuis 2400 ans !

 

socrate

Socrate

 

Platon n’ignorait pas que la Grèce avait expérimenté toutes les formes du pouvoir unique et absolu (monarchie et tyrannie), mais aussi les formes les plus diverses du pouvoir oligarchique : l’aristocratie s’appuyant sur la simple possession des terres (à Thèbes mais aussi à Athènes avec les « eupatridès » et leur main mise sur le sénat) ; la gérontocratie censée valider l’expérience et la sagesse des anciens (Sparte) ; la polyarchie militaire dominant régulièrement la vie des cités grecques; et même une certaine forme de théocratie avec les prêtres de Delphes qui n’hésitaient pas à lancer des guerres sacrées contre les cités coupables de sacrilèges quand les offrandes n’étaient pas suffisantes. Dans ce contexte, la démocratie était apparue comme le degré de perfection absolue de la vie dans la Cité, et donc comme la fin de la barbarie politique (guerres fratricides, dépravation des élites et misère du peuple) (12). 

 

Mais grâce aux pièces satiriques d’Aristophane (et à qui l’on doit le nom de ploutocratie), Platon découvrait de nouveaux mécanismes: la ploutocratie était, et serait dorénavant, une nouvelle forme de pouvoir, liée à l'utilisation de la monnaie; elle pourrait se développer au sein de toutes les démocraties; elle menacerait la survie même des peuples victimes. En clair, la cause était désespérée à tous les niveaux, et c'est exactement ce sentiment que dégagent les écrits de Platon, notamment quand il fait appel à la grâce divine (12). 

 

Dans sa lettre où il met en accusation les assassins de Socrate, Platon termine par cette célèbre phrase : « Donc, les maux ne cesseront pas pour les humains avant que la race des purs et authentiques philosophes n’arrive au pouvoir ou que les chefs de cités, par une grâce divine, ne se mettent à véritablement philosopher » (12).

 

Pour mémoire, la démocratie athénienne à été instaurée par Clisthène en 507 avant notre ère, et Socrate a été condamné à boire la ciguë en -399 avant J.-C. (12).

 

Depuis lors, l'Histoire a largement donné raison au poète: d'une part, la ploutocratie supplante systématiquement la démocratie, en tout temps et en tout lieu; d'autre part, l'humain n'a pas changé, ni individuellement (il est toujours matérialiste et âpre aux gains) ni collectivement (le peuple est un tas de graisse, et il suffit de payer quelques gens du peuple pour obtenir le droit de tout faire) (12).

 

Le peuple Grec a toutes les raisons de se révolter (13).

 

Que la Grèce se révolte pour détrôner une élite qui hurle encore avec les loups, ne serait qu’un juste retour des choses. Les grecs devraient se révolter contre les abus de la ploutocratie comme les français l’ont fait il y a deux siècles envers les abus de la monarchie. Que les Grecs fassent leur « révolution hellénique », tous les peuples opprimés et malmenés de la planète seront derrière eux. Que la Grèce retrouve son autonomie monétaire en créant une monnaie publique nationale. Qu’elle prouve que nous ne sommes pas des moutons, des numéros ou des citrons à presser jusqu’à la mort.

 

Peut-on imaginer dénouement plus symbolique? Que la Grèce, berceau des civilisations, devienne un exemple pour toutes les Nations en posant la première pierre d’un nécessaire et salutaire changement systémique. Après le choc sur les deux tours du WTC au cœur de l’idéologie dominante, le peuple Grec porterait le deuxième uppercut au cœur des premiers désirs d’hégémonie. 

 

Ce ne serait certainement pas tout, loin s’en faut, à commencer par une sérieuse analyse introspective. Mais ce serait déjà un bon début.

 

Depuis que les Etats ont cédés leur droit régalien de battre monnaie à des banquiers centraux répondant à des intérêts privés, ils sont devenus la vache à lait des grands créanciers (politiciens complices compris) de ce monde (14). Capone, c’est du pipi de chat à côté de ce qui se passe aujourd’hui (15).


Aujourd’hui la faillite de la Grèce, demain, celle de l’Espagne, puis viendra celle du Portugal, de l’Italie, de la Grande-Bretagne…(16) A qui le tour ? Et nous devrions tout accepter la bouche en cœur alors que toutes les richesses, fruit du sang des hommes et de la terre, se planquent dans des paradis fiscaux et magouilles financières ?

-----------------------

 

« Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à m’occuper de ceux qui font ses lois – Meyer Anselm Rothschild, banquier.

 

A consulter:

www.public-debt.org

La dette publique, une affaire rentable, André Jacques HOLBECQ, Philippe DERUDDER

Tax Heaven, how globalisation Really Works, Christian CHAVAGNEUX

 

Notes :

(1) Wall Street a aidé la Grèce à dissimuler ses dettes et a attisé la crise européenne.

Source : New York Times – International Herald Tribune du 14 février 2010.

Traduction : Horizons et débats

(2) Après Christine Lagarde (France) et Peer Steinbrück (Allemagne), le Belge Didier Reynders est considéré par le Financial Times comme le meilleur ministre des Finances en Europe. Alors que Reynders est probablement le pire de la bande! FORTIS, voici pourquoi REYNDERS doit démissionner

(3) Les paradis fiscaux, pierre angulaire du système. Les entreprises du CAC40 (qui ne sont donc que 40) possèdent 1470 filiales dans les paradis fiscaux. 50% des flux financier mondiaux annuels transitent par des paradis fiscaux.

(4) L’Allemagne s’apprête-t-elle à entreprendre une conquête territoriale en Grèce ?

(5) Pays pauvres à vendre

(6) En Grèce comme ailleurs, l'alibi de la dette?, Gabriel COLLETIS

(7) La Grèce annonce un plan d'austérité de 4,8 milliards d'euros

(8) La cure d’austérité grecque rassure l’Europe et les marchés

(9) Le CIRDI en ligne de mire : la Bolivie, le Venezuela et le Nicaragua claquent la porte

(10) La gestion (désastreuse) de l’Euro + Faut-il sauver les banques ?

(11) La Grèce entre le peuple et l’euro

(12) Le néolibéralisme ? Un très vieux système… Pourquoi faut-il le combattre ?, Alter-Europa, Junon MONETA, p 3-6.

(13) Grèce: quatre raisons de refuser l'austérité, Gabriel COLLETIS

(14) Auto-multiplication cancéreuse des actifs financiers, Helmut CREUTZ

(15) Le total des actifs financiers (crédits et spéculations) atteint 6,7 fois le PIB mondial

(16) La spéculation attaque notre R(UE)

Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 23:00
Lettre d'un père léguant à son fils son empire de la Grande Distribution …

             « Casseurs de pub » - dossier 2000 - ( www.antipub.net )

Mon fils, en te léguant mon empire,
je ne te demande pas simplement d’occuper un emploi ;
ce que j’attends de toi, c’est une véritable vocation.
Car on entre dans cette entreprise
comme on embrasse la religion, tu comprends, fiston?

Sans_titre

-   Oui, papa.

-   Bien. Tu vois, ce que les consommateurs attendent de nous dans la Grande Distribution, c'est bien plus qu’être une simple échoppe géante. Ce que désirent nos clients, fiston, c’est que nous leur apportions tout ce que la vie moderne leur a confisqué.

- Ah bon?

-   Mais oui, regarde notre hypermarché. Ça te fait penser à rien, fiston ?

-   Heu... une usine, papa.

-   Mais non ! Une église, une cathédrale, abru­ti. Regarde ces processions d’automobiles qui se rangent sur ce parvis géant. On dirait une assemblée de fidèles se prosternant vers leur idole. Toute la communauté se retrouve ici. Observe nos clients. Ils se promènent, fascinés par la taille de l’édifice, arpentant les rayon­nages  comme on se déplace entre les colonnes et sous les voûtes gothiques. Fiston, les pan­neaux publicitaires sont les nouveaux vitraux. Et on nous refuse encore d’ouvrir le dimanche, bon Dieu !

-   C’est injuste, papa.

-   Mais bien sûr. Ici, nous sommes plus que de simples commerçants. Nous sommes les gar­diens
des temples modernes.

-   T ’ y vas fort, papa.

-   Pas du tout. Nous accomplissons bien des miracles. Regarde un canapé à 100 €, une chemise à 8. Penses-tu que l’on peut rationnellement vendre une bicyclette 80 € , alors que, pour la fabriquer, il aura fallu extraire des minerais, les transformer rémunérer la conception, fondre les pièces et les assembler, payer le transport, le stockage, la commercialisation ... ? Toutes ces nom­breuses étapes auront coûté deux heures d’un ouvrier en France ! Tu vas pas me dire que c’est pas surnaturel, ça, fiston ?

-   En exploitant le tiers-monde, avec la dérégu­lation totale des marchés, en dilapidant les ressources naturelles, on y arrive sans avoir recours à la religion, papa.

- Tais-toi, imbécile. On pourrait nous entendre. Les clients ne veulent pas le savoir, ils cautionnent aveuglément le système. N’oublie pas que nous  sommes  une entreprise " éthique ". T’as bien vu nos pubs. Nous vendons du bio !

-   Pas beaucoup, papa ...

-   C’est pas le but, c’est juste pour l’image, évi­demment !  Faut faire bonne impression fiston ; après, tu fais ce que tu veux. C’est pour ça que la pub existe. Avec ça, on fait gober n’importe quoi.

-   Comme faire croire qu’on crée des emplois ?

-   T’as tout compris, fiston. Si tu calcules tous les commerces qu’on a fait fermer, c’est sûr qu’on est dans le rouge.

-   C’était quand même chouette, les rues et les quartiers animés par les commerces, les dis­cussions entre boutiquiers et clients ...

-   Ringard, réactionnaire, inadapté, oui ! C’est fini, le commerce à la papa, fiston. Le troisiè­me millénaire ne s’embarrassera pas de l’hu­manisme urbain. Regarde cette rangée de soixante caisses. Ces filles sont vingt fois plus rentables que dans une épicerie Le progres­sisme vainc partout, fiston !

-   Attention, papa, des gens se battent dans une travée

-   C’est rien, y a toujours des bagarres ici entre les partisans de Coca-Cola et les pro-Pepsi. C’est la guerre de Religion des temps modernes, fils… Surtout rappelle - toi bien de notre devise :
« il ne s'agit pas de faire du profit, mais toujours plus de profit ! »

-   Formidable, papa.

-   Regarde cette petite fille, tu vois son chariot à sa taille ? Nous en avons commandé toute une série, pour les enfants.
Plus on les prend tôt, mieux c’est. Regarde comme elle est heu­reuse de faire comme sa maman !

2009040115593440d9

-    C'est beau papa.
-    C'est ce qu'il y a de formidable dans ce métier, fiston on rend les gens heureux. "

Partager cet article
Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 17:34
Ce sont les pompiers qui sont accusés par Georges Ginesta, (député UMP du Var et
 rapporteur d’une proposition de loi "visant à optimiser le temps de travail des sapeurs-pompiers
 professionnels en généralisant les gardes de 8 heures") de coûter trop cher et d’être trop peu efficaces !

Qu’affirme-t-il pour justifier sa proposition de loi ?

" ... / ... C’est une question financière, ce dispositif n’est plus adapté ... / ... La preuve, le budget alloué par les départements aux pompiers est passé de 2,5 milliards d’Euro en 2000 à 4,5 milliards aujourd’hui ... / ... Selon les statistiques un pompier effectue en moyenne 143 interventions par an. Cela fait 2 heures de travail effectif par garde de 24H00 ... / ... " Et fin du fin : "... / ... Si les pompiers exerçaient suffisamment leur métier, ils n’auraient pas besoin d’entraînement afin de garder un haut niveau de compétences et on pourrait fermer quelques-unes des 80 écoles de formation dédiées aux sapeurs"


Que répondent les pompiers ?

" ... / ... Les pompiers y voient là « une attaque en règle contre le cadre d’organisation des services d’incendie et de secours ». Ce rapport présenté aux élus « avance des propositions particulièrement dangereuses pour le seul service public de proximité subsistant, disponible 24h/24, 7j/7 » ... / ... Se pose également, pour les sapeurs-pompiers la question de la source du financement : « L’augmentation du coût, qui repose aujourd’hui injustement sur les seuls départements, est une question bien réelle », reconnaît la fédération. Elle déplore en particulier « une remise en cause de la compétence partagée entre l’Etat et les collectivités territoriales », une « critique des mesures d’incitation et de soutien à l’activité des 200.000 sapeurs-pompiers volontaires », ou encore une « dénonciation » du régime de travail et de rémunération des 39.000 sapeurs-pompiers professionnels.

D'après Nice Matin....
Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 19:49
Un article est largement diffusé qui nous amuse bien et que nous vous livrons :

Des poules pour réduire les déchets
Zoom [+]
Mouscron - poules
Ville de Mouscron ©

La commune de Mouscron, en Belgique, propose à ses habitants d’adopter des poules pour les aider à réduire leur production de déchets. Menée pour la troisième fois, l’opération devrait permettre de faire chuter le volume à 200 kg/an/hab.

Imprimer Transmettre Newsletter



Mis en place à l’échelle régionale, départementale ou communale, les plans de prévention et de gestion des déchets ont pour objectif d’inciter les habitants à produire moins de déchets. Ils se traduisent par des actions concrètes qui, en général, sont sensiblement les mêmes d’une ville à l’autre : distribution de bacs composteurs, grande opération "nettoyage de printemps", incitation à recycler son papier... Certaines initiatives sortent cependant du lot, à l’instar de celle lancée par Mouscron, commune située en Belgique. Afin d’aider les habitants à réduire leur production de déchets, la municipalité leur propose... d’adopter des poules ! Une plaisanterie ? "Certainement pas", répond Christophe Denève, responsable du service environnement de la ville, interrogé par Maison à part.

Déjà menée à deux reprises, l’opération consiste à faire don de deux poules à 50 foyers volontaires, le principe étant que chaque ménage donne ses déchets à broyer aux animaux. "La ville tente cette expérience afin d’essayer de prouver que ce genre de mesure peut avoir un impact réel sur la production individuelle de déchets", explique Christophe Denève.

Double avantage

Une efficacité prouvée par l’évolution des chiffres de la production de déchets. Entre 2007 et 2009, le volume de déchets produits par l’ensemble de la population est ainsi passé de 250 kg/an/hab à 225 kg/an/hab. En relaçant pour la troisième fois son "action poules", la ville espère d’ailleurs atteindre le seuil de 200 kg/an/hab. "La diminution que nous avons enregistrée sur ces dernières années s’explique en partie par la distribution des poules mais pas seulement,reconnaît Christophe Denève. La plupart des gens sont de plus en plus conscient de leur impact sur l’environnement et font des efforts au quotidien pour le réduire, notamment en changeant leur habitudes de consommation".

D’ici le mois de mai, 100 poules seront ainsi distribuées aux habitants qui se seront portés candidats pour les accueillir chez eux. "Adopter des poules présente un double avantage, souligne Christophe Denève. Grâce à elles, les volontaires vont pouvoir réduire le contenu de leur poubelles mais également bénéficier d’œufs frais". D’après ses calculs, au rythme d’un œuf tous les deux jours par poule, les Mouscronnois peuvent ainsi compter sur une production d’environ 360 œufs par an. Seules conditions à remplir pour les "adoptants" : ne pas détenir ou ne pas avoir détenu d’animaux de basse cour dans les deux mois qui précèdent la distribution, garder les animaux pendant deux ans et être équipés d’un poulailler d’au moins 2 m2.

Zoom [+]
Ville de Mouscron
Ville de Mouscron ©


Plus que 5 à prendre !

Pour accroître les chances de réussite de l’opération, une formation est dispensée à toutes les familles. Lors des séances, il est par exemple déconseillé aux habitants de donner à manger aux poules de la viande ou du marc de café. Pour ce qui est des soins à apporter aux animaux, il est simplement rappelé de nettoyer régulièrement le poulailler.

En contrepartie de ce don, les adoptants s’engagent à laisser les services municipaux peser régulièrement leur poubelle, mais également à se soumettre à des contrôles afin qu’ils puissent vérifier le bien-être des animaux. A noter que sur les 100 poules disponibles, la mairie a d’ores et déjà fait savoir qu’il n’en restait plus que 5 à attribuer. 

Un succès qui motive Mouscron à mettre en place d’autres initiatives du même type. Elle envisage ainsi d’inciter ceux qui n’ont pas de jardin à s’équiper de bacs à compost pour pratiquer le lombricompostage. Encore fois la technique consiste à faire appel à des animaux pour éliminer les déchets sauf que, cette fois, les poules sont remplacées par des vers de terre

C'est un vrai scoop ! Cela fait des siècles que l'on fait cela dans les fermes,a janvry,on nourrissait,il y a deux ans, le cochon avec les restes de la cantine en contradiction avec une directive (forcément) européenne qui interdit de nourrir les animaux avec de l'alimentation non traçable !

Si l'on arrêtait de mettre les déchets verts a la décheterie, puis de se précipiter a la jardinerie pour acheter du terreau, de ramasser les feuilles mortes et de les mettre a la collecte pour ensuite aller acheter du paillage,de se débarrasser religieusement de la tonte pour ensuite acheter de l'engrais, si on mettait tous les fermentiscibles soit au compost soit aux animaux (un poulailler familiale c'est 6/8 M2,on nourrirait moins les grands groupes d'ordures ménagères,les entreprises phyto sanitaires et vous auriez des oeufs frais presque tous les jours.

C'est fou comme le bon sens se perd vite et laisse pantois quand on y est confronté !


Peut-être une idée pour soulager la Coutume !!
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog des élus de la minorité municipale de Mésanger.
  • : Outil des élus de Mésanger Citoyens Solidaires, ce blog vous informera sur nos interventions, nos propositions au conseil municipal. C’est aussi un espace d’échange qui vous est dédié. Intervenez, proposez, commentez l’actualité de notre commune. Nous serons plus efficace, plus en phase avec vos préoccupations.
  • Contact

Texte Libre

Archives