Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 17:52
Chez nous la Sécurité sociale est attaquée de toute part, comme inefficace, dépensière, mal gérée donc il faudrait en confier la gestion au privé. Attaquée principalement par l'extrême droite qui veut la réformer pour que "notre" sécurité sociale ne bénéficie plus aux plus pauvres. Alors que c'est le lien essentiel de solidarité entre les citouyens comme la retraite par répartition.

 

C'est tellement bien que d'autres pays commencent à mettre en place le même système (aux Etats-Unis avec "Obamacare", la Chine avec un système de retraite et la Côte d'Ivoire (à lire ci-dessous) et bien d'autres. La France avait de l'avance, peut-être trop d'avance pour certains ?

La Côte d’Ivoire adopte la couverture médicale universelle

Mobilisation générale dans les services de santé de l’administration ivoirienne. Les autorités se sont donné jusqu’à septembre 2015 pour recenser tous les Ivoiriens à même de bénéficier de la couverture médicale universelle. Une Caisse nationale d’assurance maladie a été créée pour l’occasion.


Il faurdra encore de longs mois aux autorités ivoiriennes pour populariser et promouvoir auprès des 20 millions d’Ivoiriens les vertus de la couverture médicale universelle (CMU). La protection de la santé des populations africaines est en effet loin d’être généralisée. L’épidémie d’Ebola “a mis à nu les profondes faiblesses des systèmes de santé ouest-africains”, relève un rapport que vient de publier la Banque africaine de développement (BAD) sur “Les enjeux de santé en Afrique de l’Ouest”.

Quelques mois avant le déclenchement de l’épidémie d’Ebola, la Côte d’ivoire avait pris les devants. La CMU a été instaurée par une loi du 24 mars 2014 pour la mise en œuvre “d’un système national obligatoire de couverture du risque maladie en vue d’assurer à l’ensemble des populations ivoiriennes et non ivoiriennes vivant en Côte d’Ivoire un accès équitable à des soins de santé de qualité à travers des mécanismes de prise en charge collective et solidaire des dépenses de santé”.

Dans le même temps, un décret a instauré l’Institution de prévoyance sociale, dénommée “Caisse nationale d’assurance maladie”, en abrégé IPSCNAM, “chargée de l’opérationnalisation du système de couverture maladie universelle et d’honorer l’engagement pris par l’État de garantir à toute personne l’égal accès aux soins de santé”.


Appui technique de la Banque mondiale

La CMU a officiellement été lancée le 31 décembre dernier par le président de la République, Alassane Outtara, premier Ivoirien a être enregistré dans les fichiers de la CMU à cette occasion. La CMU, a-t-il commenté, constitue “une étape importante de la politique sociale en faveur des populations en général, et en faveur des plus démunis en particulier”. Mais, très pragmatique et réaliste, le chef de l’État a ajouté aussitôt : “Plus les personnes sont en bonne santé, plus elles peuvent participer au développement du pays.”

Les services de santé ivoiriens bénficient de l’appui technique des experts de la Banque mondiale. Le processus d’enrôlement de la population se prolongera jusqu’en septembre. Lors d’un séminaire commun avec la Banque mondiale sur ce sujet, les 19 et 20 janvier derniers, le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, a détaillé la méthode : “L’enrôlement de la population se fera par la méthode des cercles concentriques, avec au départ la population cible de démarrage, constituée des travailleurs du secteur formel, publics et privés, des retraités des deux secteurs, des producteurs des filières agricoles de l’huile de palme et de l’hévéa, ainsi que de leurs familles. La démarche consiste en une intégration progressive des différentes couches socioéconomiques.”

Les futurs assurés de la CMU devront présenter une carte nationale d’identité, un extrait d’acte de naissance, un acte de mariage pour les couples mariés, une attestation de travail pour les salariés, un acte d’autorité parentale ou d’adoption, une attestation de pension pour les retraités… Ils devront également s’acquitter d’une somme de 1 000 francs CFA (1,52 euro) de cotisation. Autant d’éléments fournis qui permettront aux assurés de disposer d’une carte individuelle sécurisée.


Deux régimes

Toutefois, la CMU transcrit un effort de solidarité nationale pour garantir des soins de qualité à tous les Ivoiriens. C’est pourquoi il existe deux systèmes de couverture. Un régime général, dit contributif, doit viser la majorité de la population. Il sera financé par les cotisations des assurés à hauteur de 1 000 francs CFA par personne et par mois, et à partir de l’âge de 5 ans. Le second régime, dit d’assistance médicale, s’adresse aux “indigents”. L’État se substitue alors aux assurés sociaux pour le paiement des cotisations du ticket modérateur (la part des frais de santé à la charge de l’assuré).

En janvier, le Premier ministre a précisé que l’État avait provisionné 60 milliards de francs CFA (91,5 millions d’euros) pour financer en 2016 la prise en charge des populations vulnérables. Dans le détail, plus de 28 milliards de francs CFA seront nécessaires pour recenser ces personnes (frais d’enrôlement, identification, cotisation et ticket modérateur) et une trentaine de milliards de francs CFA serviront à assurer la gratuité des soins à ces populations fragiles.


1 300 inscrits à Abidjan

“J’encourage les populations ivoiriennes à se faire enrôler”, avait lancé en décembre Alassane Outtara. Les autorités ont programmé de compter 4 millions d’assurés en septembre prochain, soit près de 17 % de la population, a rappelé Karim Bamba, le directeur général de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), obligé de battre le rappel le 13 février. “Refuser de se faire enrôler c’est aussi enfreindre la loi”, a-t-il prévenu.

Les Ivoiriens ont-ils réellement pris conscience de l’avantage de la CMU ? Ont-ils bien été informés ? Toujours est-il qu’à Abidjan, après un mois et demi d’enrôlement, seulement 1 300 personnes seraient inscrites à la CMU… sur une population de 6 millions d’habitants.

 

Lu sur acteurspublics.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog des élus de la minorité municipale de Mésanger.
  • : Outil des élus de Mésanger Citoyens Solidaires, ce blog vous informera sur nos interventions, nos propositions au conseil municipal. C’est aussi un espace d’échange qui vous est dédié. Intervenez, proposez, commentez l’actualité de notre commune. Nous serons plus efficace, plus en phase avec vos préoccupations.
  • Contact

Texte Libre

Archives