Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 17:59
L’affaire des faux-tracts d’Henin-Beaumont

par le 24/09/2013 

Ce jeudi 26 septembre 2013 l'affaire des faux-tracts d'Henin-Beaumont vient à l'audience du Tribunal Correctionnel de Béthune.

Il s'y joue la capacité de la République à résister face à l'attitude de défiance que lui oppose Marine Le Pen. Il ne s'agit pas d'une affaire locale, de l'énième affaire de clochemerle électoral.


C'est une affaire portée au pénal et non au civil, parce que les intérêts en jeu concernent la société toute entière.


Rappelons que les 29 et 30 mai, à Montigny-en-Gohelle, des militants du Front National ont diffusé un flyer qui appelait à voter Jean-Luc Mélenchon aux élections législatives. Ce flyer n'était pas signé Front National mais bien Jean-Luc Mélenchon. Utilisant l'image et des propos de Jean-Luc Mélenchon pour les présenter dans un autre contexte grâce à un montage, Marine Le Pen – qui était la candidate du Front National à l'élection législative en question – a volontairement déformé la portée des propos de Jean-Luc Mélenchon.


Ce qui est extraordinaire ici c'est que les militants du FN aient été attrapés la main dans le sac. On sait aujourd'hui que le tract a été diffusé dans les 4 coins de la circonscription. Dans le pays tout entier les militants ont l'habitude des tracts ou affiches anonymes, plus nauséabonds et diffamatoires les uns que les autres, dont ils subodorent que les auteurs pourraient être le FN. Pourtant, comme ils ne peuvent jamais le prouver, ces affaires perdurent en toute impunité.


Cette fois, tout peut changer. Pour la première fois le FN a été exposé à la lumière et chacun a pu voir ses méthodes abjectes. Le flagrant délit fut tel que Marine Le Pen joua le tout pour le tout en avouant avoir commandité ce tract dans le cadre de sa propre campagne. En effet, dès le 30 mai, elle reconnaissait la maternité de l'opération au Grand Journal de Canal + et elle réitérait ses aveux le 2 juin sur France 3 dans un débat qui l'opposait à ses concurrents à la législative. A l'antenne, tenant le faux-tract à la main, elle affirmait fièrement : " « Si j’avais pas fait ça personne n’aurait su ce que vous pensez ».

 

Par cette attitude arrogante et défiante des lois de la République, Marine Le Pen a réussi – à l'époque – à déjouer toute réaction à la hauteur de la part des medias notamment, qui pour la plupart ont totalement gobé la thèse selon laquelle la fabrication de ce faux-tract était légale et qu'elle ne pouvait être punie d'inéligibilité.


Je m'étonne aujourd'hui de plusieurs choses. D'abord, que la presse nationale n'ait pas donné davantage de retentissement à ce passage en Correctionnelle de Madame Le Pen. Comme tout le monde je respecte la présomption d'innocence, mais ici l'affaire est entendue. La principale prévenue est la première à reconnaître les faits. Comment dès lors ne pas s'indigner de la manoeuvre? Les règles de communication électorale ont été conçues pour permettre au citoyen de voter en toute connaissance de cause, à l'abri des manipulations. Trafiquoter avec ces règles c'est donc piétiner le droit de chacun à exprimer en toute conscience, par le suffrage, sa sincère opinion politique. Il s'agit donc de faire respecter le principe de souveraineté du peuple. Marine Le Pen nie la souveraineté du peuple, mais le Peuple, se laissera-t-il faire?


C'est tout l'enjeu de ce procès.


C'est l'enjeu également de la sanction qui sera prononcée. Pour stopper l'impunité il n'y a qu'un seul moyen, c'est de prononcer l'inéligibilité de Marine Le Pen. A défaut, si la peine se résume à une amende, le Front National n'hésitera pas à budgeter ces amendes afin de continuer à défier ouvertement les règles électorales.


Finalement je veux signaler que vu la gravité de la chose, je suis  surprise de n'avoir pas encore eu accès à l'enquête préliminaire. Dès le 29 mai, le commissariat d'Henin Beaumont était informé des méfaits. Des photos ont été transmises, des photos de personnes ainsi que de voitures et de plaques d'immatriculation. Je ne peux pas croire qu'à partir de ces éléments il n'y ait pas eu un minimum d'enquête préliminaire. Il faut que le contenu de cette enquête soit produite aux débats contradictoires du procès, en plus du faux-tract lui-même, de la vidéo des aveux, et des nombreuses attestations de citoyens de la circonscription ayant reçu le tract. Je ne sais pas où se trouve le blocage. Je veux croire que cette question sera résolue rapidement.


Wallerand de St-Just a annoncé que sa cliente Marine Le Pen ne serait pas présente au procès. Pour celle qui déclarait à propos de ce faux-tract, "j'assume totalement", je trouve que le ton est moins flambard aujourd'hui. Peut-être laissera-t-elle les militants prendre la responsabilité à sa place? Ce ne serait pas digne. En tout cas elle ne peut pas se retrancher derrière une pseudo fonction nationale, puisque c'est bien elle et personne d'autre qui était candidate à Henin-Beaumont, et qu'elle était bien seule maître de sa campagne. Son absence à l'audience serait une défiance de plus vis-à-vis de ses compatriotes et des nos principes républicains.

    Partager cet article
    Repost0

    commentaires

    Présentation

    • : Le blog des élus de la minorité municipale de Mésanger.
    • : Outil des élus de Mésanger Citoyens Solidaires, ce blog vous informera sur nos interventions, nos propositions au conseil municipal. C’est aussi un espace d’échange qui vous est dédié. Intervenez, proposez, commentez l’actualité de notre commune. Nous serons plus efficace, plus en phase avec vos préoccupations.
    • Contact

    Texte Libre

    Archives